XV de France : Laporte soutient Brunel dans le dossier Ramos

La titularisation de Thomas Ramos avec Toulouse contre Castres, la semaine dernière quelques jours seulement après avoir quitté le groupe France sur blessure avait provoqué une vive polémique. Invité ce vendredi du Super Moscato Show sur RMC, Bernard Laporte a apporté tout son soutien au sélectionneur des Bleus Jacques Brunel dans ce dossier.

Bernard Laporte éteint l’incendie Thomas Ramos. Alors que la titularisation de l’arrière du Stade Toulousain et des Bleus, le week-end dernier en Top 14 contre Castres, était venue attiser le feu né déjà de la présence dans le groupe de l’international français encore présent au Japon avec les Bleus quelques jours plus tôt, le patron du rugby français a joué les pompiers, ce vendredi sur RMC. Invité du Super Moscato Show cher à l’ancien rugbyman Vincent Moscato, Laporte a apporté tout son soutien à Jacques Brunel, le président de la FFR avouant qu’il ne comprend pas pourquoi la décision du sélectionneur français de remplacer Ramos (par Vincent Rattez) sachant que sa blessure en faisait un joueur incertain pour le match face aux Tonga, de surcroît à un poste où il n’y a qu’une seule doublure, a provoqué une telle polémique. « Au bout d’un moment, il faut savoir garder raison. Un sélectionneur, il a 30 joueurs, pas 40. Un joueur est blessé. Tu te dis que tu rejoues dans quatre jours, donc qu’il ne peut pas jouer. Et il est incertain pour le match contre l’Angleterre, dix jours après ce troisième match (face aux Tonga). Il est incertain, cela ne veut pas dire qu’il ne va pas jouer, mais imaginez-vous : s’ils l’avaient gardé, qu’il n’avait pas pu, malheureusement, jouer contre l’Angleterre, et que (Maxime Médard) se blesse contre les Tonga. Qu’est-ce que l’on aurait dit ! On aurait dit : « Mais ils sont fous ! Ils ne sont pas prévoyants ! Ils n’ont rien compris ! Il fallait faire venir un mec ! », a tonné Laporte vendredi sur RMC.

Laporte : « En équipe de France, tu ne peux pas prendre le risque ! »

« Pour le gamin, c’est terrible, mais, malheureusement, il était incertain contre l’Angleterre, c’est-à-dire douze jours après, a insisté le Ruthénois lors de cette même prise de parole. C’est tout le monde qui le dit. C’est l’IRM passée ici, c’est tout le monde… On n’a pas dit qu’il ne jouerait pas, mais qu’il était incertain. Et quand tu as un joueur incertain, tu ne peux pas prendre le risque quand tu as deux arrières. Ce n’est pas possible ! (…) Il a pu jouer avec le Stade Toulousain, mais tant mieux pour lui qu’il ait pu jouer. Je ne vois pas où il y a une polémique. Quand tu es en club, tu attends le dernier moment, et si le mec ne peut pas jouer, tu le fais jouer réserviste. Mais en équipe de France, tu ne peux pas ! Tu as trente joueurs et deux arrières, il faut être sûr d’avoir un mec qui soit disponible ! » Dimanche en quarts de finale face au pays de Galles, Vincent Rattez attendra sur le banc le moment où Jacques Brunel le lancera à la place de Maxime Médard. Un rôle qui aurait pu revenir à Thomas Ramos. Ce dernier aurait même pu (dû ?) débuter contre les Gallois. Mais, chut, Bernard Laporte ne veut plus en entendre parler.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.