XV de France : Iturria évoque la grosse préparation des Bleus

Éloigné des terrains après sa blessure contractée avant la finale du Top 14 contre Toulouse, Arthur Iturria est actuellement avec le groupe France à Oliva, près de Valence (Espagne), où les Bleus poursuivent leur préparation physique. Une préparation très musclée, comme l’a commenté le troisième ligne de Clermont.

« Le soir, le sommeil tombe assez vite… » A l’instar de nombreux joueurs de l’équipe de France, Arthur Iturria (25 ans) fait les frais de l’exigeante préparation exigée par le staff des Bleus pour le Mondial au Japon (20 septembre – 2 novembre). Une préparation qui a pour but de mettre les joueurs dans des conditions de matchs en les poussant dans le rouge et dans leurs retranchements. Revenu d’une blessure aux ischio-jambiers, le flanker de Clermont s’est livré ce samedi à l’Equipe sur les conditions de cette préparation : « Je n’ai pas vécu la même que les autres. C’était beaucoup plus calme au début, car je n’étais pas apte à courir. Après, pour avoir vécu cinq ou six prépas avec Clermont, qui est réputé un peu dur, c’est encore un cran au-dessus (…) Depuis le début, j’ai pas mal de kilos qui sont tombés à cause de la chaleur et de l’intensité des entraînements. Après, même si on a perdu des kilos, on en « chie » tous aux entraînements. Le soir, le sommeil tombe assez vite… »

Iturria : « J’ai l’impression que les coaches savent encore plus vers où ils veulent aller »



Mais après avoir mangé du physique, avec ballon tout de même, les Bleus commencent peu à peu à mettre en place le fameux projet de jeu prôné par le staff. Un jeu axé sur la vitesse, le mouvement et la prise d’initiative. « J’ai l’impression que les coaches savent encore plus vers où ils veulent aller. Ça reste plus ou moins les mêmes bases, mais on nous donne plus de repères sur le terrain, c’est plus cadré. Ça se mélange moins, c’est plus clair. » Des commentaires qui vont dans le même sens que ceux de Camille Chat, lui aussi enthousiaste quant aux ateliers mis en place. Reste désormais aux Bleus de retranscrire cela sur le terrain alors que se profile, dans deux semaines, les premiers tests-matchs (Écosse par deux fois, Italie).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.