XV de France : Berbizier tape du poing sur la table

Ancien sélectionneur du XV de France (1991-1995), Pierre Berbizier reste un observateur avisé des Bleus. Interrogé par L’Équipe sur l’effectivité du duo composé de Jacques Brunel et Fabien Galthié à la tête de l’équipe de France, l’ancien demi de mêlée émet quelques doutes quant à son fonctionnement.

L’équipe de France n’est décidément pas comme les autres. Alors que se profile la Coupe du Monde au Japon (20 septembre – 2 novembre), les Bleus sont sous la houlette de Jacques Brunel, le sélectionneur en place, et d’un « adjoint pas comme les autres » Fabien Galthié, qui deviendra le futur coach du XV de France après le Mondial. Un management qui interroge. « Ça peut poser un problème d’autorité. Qui détient le leadership ? Si la situation n’est pas clarifiée, ça peut perturber les joueurs. Qui parle ? Et donc, qui j’écoute ? », s’interroge Pierre Berbizier ce mercredi dans les colonnes de L’Équipe. En effet, pour l’ancien sélectionneur des Bleus, la présence d’un homme amené à prendre les rênes et qui organise les séances collectives peut faire tergiverser les joueurs.

Berbizier : « C’est une collaboration qui peut amener de la confusion »



Dans cette organisation singulière, les joueurs restent tout de même au centre du projet. Néanmoins, les Bleus peuvent être perturbés au moment d’écouter les discours de Brunel ou Gatlhié alors que les deux hommes ne partagent pas une vision du rugby identique. « C’est un cas vraiment particulier. Je me mets à la place du joueur. Est-ce qu’il vaut mieux que je t’écoute toi parce que tu seras le sélectionneur pendant la Coupe du Monde ou est-ce qu’il vaut mieux que je t’écoute toi qui seras encore là après au moins jusqu’en 2023 ? (…) Je crois donc que c’est une collaboration qui peut amener de la confusion et inciter les joueurs à agir en fonction de leurs propres intérêts. » Reste à savoir désormais si les joueurs seront assez professionnels pour penser à l’intérêt collectif plutôt qu’à leur personne.

Berbizier : « L’élargissement du staff ? Si c’est bien articulé, ça peut marcher »


Outre la présence de Fabien Galthié, le staff des Bleus s’est considérablement agrandi avec les arrivées de Laurent Labit (ex-racing 92) et de Thibault Giroud (ex-Toulon). Un élargissement qui coïncide avec les standards internationaux des autres sélections, notamment britanniques. « Ça s’inscrit dans l’évolution du rugby. Pourquoi pas ? Je dis juste qu’il faut faire attention à ce que ça ne devienne pas une armée mexicaine (…) Par expérience, je sais que la multiplication d’intervenants dans une équipe peut parfois être difficile à gérer (…) Si c’est bien articulé, bien ordonné, ça peut marcher » Premiers éléments de réponse le 17 août avec un test-match face à l’Écosse.



Vos réactions doivent respecter nos CGU.