Sans briller, les Américaines rejoignent les Bleues

Grâce à deux penalties - dont un très généreux - transformés par Megan Rapinoe, les Etats-Unis ont péniblement pris le meilleur sur l'Espagne ce lundi (1-2) en huitième de finale de la Coupe du Monde. La Team USA sera donc bel et bien l'adversaire de la France en quart.

On se demandait bien ce qui pouvait endiguer la marche en avant des Etats-Unis, venus en France avec la ferme intention de conquérir un nouveau titre mondial. Après une phase de groupes tonitruante (trois victoires, dix-huit buts marqués pour aucun encaissé), les Américaines affrontaient l’Espagne en huitième de finale ce lundi. Un obstacle que les tenantes du titre semblaient en mesure de franchir sans trop souffrir. Et pourtant… Mises sur de bons rails par un penalty obtenu par Tobin Heath et transformé par Megan Rapinoe (7eme), les Stars and Stripes n’ont pas eu le temps de s’appuyer sur cet avantage au score. Deux minutes plus tard, Jennifer Hermoso a profité d’une mésentente entre Becky Sauerbrunn et Alyssa Naeher pour lober la gardienne américaine (9eme).

Les Etats-Unis se dressent sur le chemin de la France


Ce premier but encaissé dans la compétition a visiblement perturbé les joueuses de Jill Ellis, qui ont peiné à asseoir leur domination. Alors que les Espagnoles, agressives et bien organisées, ont abattu leurs cartes sans complexe, la mécanique américaine s’est peu à peu enrayée. La défense a donné d’inquiétants signes de fébrilité, Alex Morgan n’a pas franchement été à son avantage et Rapinoe a presque tout raté dans le jeu. La capitaine de la Team USA a néanmoins sorti son équipe du piège en marquant de nouveau, sur un penalty sifflé suite à un contact extrêmement léger entre Irene Paredes et Rose Lavelle (76eme). Sans convaincre et, surtout, sans afficher la même maîtrise que lors des précédents matchs, les Etats-Unis valident malgré tout leur billet pour les quarts de finale, à l’occasion desquels ils affronteront la France. Les Bleues le savent, elles feront face à une montagne. Mais cette montagne paraît peut-être un peu moins infranchissable désormais.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.