Même sans sa Ballon d’Or, la Norvège reste une menace

La Norvège doit certes faire sans Ada Hegerberg, première Ballon d’Or de l’histoire du football féminin, pour la Coupe du Monde. Elle a aussi perdu de sa superbe depuis le début des années 2010, mais elle reste une équipe à prendre au sérieux pour l’équipe de France ce mercredi (21h00).

L’équipe de France s’apprête à croiser la route d’une nation qui compte. Après une entame de Coupe du Monde autoritaire contre la Corée du Sud vendredi dernier (4-0), elle affronte la Norvège ce mercredi pour son deuxième match du groupe A (21h00). Les Bleues n’ont à ce jour aucune ligne à leur palmarès ? Ce n’est pas du tout le cas de leur prochain adversaire. Une Coupe du Monde (1995), un titre olympique (2000), deux sacres européens (1987 et 1993), sans compter six finales cumulées dans ces trois compétitions : la Norvège est un mastodonte qui rivalise avec les Etats-Unis ou l’Allemagne dans l’histoire du football féminin international. Mais c’est une sélection sur le déclin depuis le début des années 2010, même si elle était encore en finale de l’Euro 2013. Elle n’était pas qualifiée pour les deux derniers Jeux Olympiques, s’est arrêtée dès les 8emes de finale de la dernière Coupe du Monde et n’a même pas franchi le premier tour du dernier Euro. Un tournant pour la Norvège, puisqu’Ada Hegerberg n’est plus apparu sous le maillot de sa sélection depuis ce fiasco.

La Norvège a brillé sans Hegerberg en qualifs


Premier Ballon d’Or féminin de l’histoire, l’attaquante de Lyon s’est mise en marge de son équipe d’elle-même, pour des différends avec sa Fédération sur la considération des joueuses dans son pays. Même les premiers pas effectués par les dirigeants, en alignant par exemple les primes des femmes sur celles des hommes en sélection, n’ont pas suffi à infléchir sa position. Une attitude qui fait débat jusque dans le groupe, où des cadres ont pris partie contre le choix d’Hegerberg. Et peu importe l’absence de la meilleure joueuse du monde, qui a marqué 38 buts en déjà 66 sélections à seulement 23 ans, Corinne Diacre se méfie de la Norvège. « L’équipe de France va jouer contre la Norvège et non contre Ada Hegerberg. C’est une équipe qui s’est qualifiée sans elle. » Elle a terminé en tête de son groupe de qualification pour la Coupe du Monde, devant les Pays-Bas, champions d’Europe en titre. Elle est même passé à quelques secondes de boucler ces éliminatoires sans la moindre défaite, s’inclinant dans le temps additionnel sur la pelouse des Néerlandaises (1-0), qu’elles ont dépassées sur le fil avec une victoire lors de la dernière journée (2-1).

La Norvège si près et si loin des Bleues


12eme nation au classement FIFA, la Norvège sort, comme la France, d’une entame de compétition maîtrisée et d’un match plié dès la mi-temps, contre le Nigéria (3-0). Elle brille avec de glorieuses anciennes, comme la meilleure buteure Isabell Lehn Herlovsen, la défenseure Maren Mjelde ou la gardienne Ingrid Hjelmseth, trentenaires (ou bientôt pour Mjelde) à plus de 125 sélections. Elles sont soutenues par Caroline Graham Hansen, star de la même génération qu’Hegerberg, ou Emilie Haavi (26 ans). Mais la Norvège donne tout de même l’impression d’être passée dans une division inférieure ces dernières années, à l’image de ses revers contre toutes les équipes du Top 10 qu’elle a affrontées depuis sa qualification pour le Mondial (Suède, Japon, Canada). Aussi, elle n’a plus battu la France depuis la Coupe du Monde 2003. Mais elle n’a perdu que trois de ses sept derniers matchs face aux Bleues, pour quatre nuls, à chaque fois sur le score de 1-0. Une raison de plus de se méfier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.