Les Etats-Unis choisissent de mettre la pression sur les Bleues

Grands favoris à leur succession, les Etats-Unis affrontent la France en quarts de finale de la Coupe du Monde vendredi à Paris. Jugées arrogantes, les Américaines ont choisi de faire des Bleues les favorites de cette confrontation.

C’est un quart de finale mais la confrontation a tout des allures d’une finale de Coupe du Monde. En réalité, c’était l’affiche que tout le monde espérait le 7 juillet prochain au Groupama Stadium. Le hasard du tirage a fait qu’en cas de sans-faute des deux côtes, Françaises et Américaines devaient croiser le fer bien plus tôt que la finale. C’est ce qui s’est passé avec 4 victoires en autant de matchs pour les deux nations et donc un affrontement France – Etats-Unis dès les quarts de finale. Le duel a lieu dans deux jours mais du côté américain, on cherche à s’enlever toute pression et à la mettre plutôt sur les épaules des partenaires d’Amandine Henry. « Elles ont une excellente équipe, que ce soit en défense comme en attaque, a avoué, ce mercredi en conférence de presse, Tobin Heath, ancienne coéquipière de la capitaine française à Portland. Offensivement, elles sont plutôt explosives, elles ont une certaine puissance de feu. Elles ont des bonnes joueuses en défense, c’est une équipe équilibrée. »

Jouer à domicile fait des Bleues les favorites

La Team USA préfère donc la jouer profil bas alors qu’on dit les coéquipières d’Alex Morgan trop sûres d’elles et un brin arrogantes. Elles ont donc choisi la tactique inverse en caressant dans le sens du poil l’ego des Françaises. Ces dernières, qui restent sur un 8eme éprouvant contre le Brésil, ne veulent en tout cas pas tomber dans le piège. « Quand elles font un sport co, elles sont formatées pour parler comme ça, pour avoir une attitude comme ça, a déclaré Sarah Bouhhadi mardi. On les connaît, on ne s’attarde pas sur leur discours. Ce qui sera important, c’est le jour J. » Ce jour J, ce sera vendredi dans un Parc des Princes à guichets fermés. Une pression populaire qui peut avoir des conséquences sur le rendement des Bleues. Hope Solo, ancienne gardienne de la sélection américaine, l’espère et joue, elle aussi, sur la carte de la France favorite vendredi et pour le reste de la compétition. « Je fais de la France mon favori pour remporter le Mondial, écrit Solo dans une tribune dans le Guardian. Mais il est très difficile de se remettre des émotions qu’elles (les Bleues) ont pu vivre dans un match comme celui face au Brésil, alors j’espère qu’elles n’ont pas encore donné tout ce qu’elles avaient. En tant que nation hôte, elles ont tout le poids d’un pays sur les épaules. Et on ne sait pas encore si cette attente sera comme un douzième joueur pour la France, ou les Etats-Unis. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.