Les Bleues aidées par le même arbitre qu’en finale du Mondial 2018

Lundi soir à Rennes, l’équipe de France a battu le Nigeria grâce à l’arbitrage vidéo. Etonnant : l’arbitre du VAR avait également aidé les hommes en finale de la Coupe du monde 2018 en Russie.



Les Bleues n’ont pas brillé, lundi soir à Rennes. Après leurs deux premières victoires contre la Corée du Sud (4-0) et la Norvège (2-1), les filles de Corinne Diacre ont néanmoins décroché un troisième succès face au Nigeria (1-0). Un succès au terme d’une prestation très moyenne des Françaises et d’un match remporté grâce à l’intervention de l’arbitrage vidéo.

Makkelie était le troisième assistant du VAR à Moscou


Le VAR est encore intervenu. Et encore une fois en faveur des Bleues, après la Norvège, qui disputent la Coupe du Monde à domicile. Le recours à la vidéo s’est d’abord produit pour accorder un penalty suite à une faute d’Ebere sur Asseyi dans la surface de réparation. Madame Borjas y a ensuite eu recours une deuxième fois pour faire retirer le penalty initialement manqué par Wendie Renard. La gardienne nigériane Nnadozie avait en effet un pied devant la ligne au moment du tir de la défenseure, ce qu’interdit le règlement mais ce que font quasiment tous les gardiens en compétition officielle sans être forcément sanctionnés. La Lyonnaise a transformé son deuxième essai (79eme minute) et donc offert les trois points aux Bleues.


Et, étonnant, l’équipe de France a été favorisée par le même homme qui officiait lors de la finale de la Coupe du monde masculine 2018 disputée en Russie. Arbitre principal du VAR à Rennes, Danny Makkelie était le troisième assistant du VAR à l’occasion de la rencontre face à la Croatie (4-2), le 15 juillet 2018 à Moscou. Le Néerlandais avait alors signalé une main d’Ivan Perisic dans la surface de réparation croate et Antoine Griezmann avait marqué un penalty offrant l’avantage de 2-1 aux Bleus à la 38eme minute. Vainqueurs plus tard (4-2), les joueurs de Didier Deschamps avaient remporté la compétition dans la capitale russe.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.