Jain, ola, Marseillaise… C’était l’ambiance des grands soirs au Parc des Princes

L’équipe de France féminine a parfaitement réussi son entrée dans « son » Mondial en venant à bout de la Corée du Sud (4-0). Un succès bon pour la confiance et la ferveur dans le pays. Au Parc des Prince, l’ambiance était en tout cas au rendez-vous pour ce match d’ouverture.



DE NOTRE ENVOYE SPECIAL AU PARC DES PRINCES

Un an après la victoire de Bleus en Russie et une deuxième étoile à la clé, voilà que le pays a recommencé à se passionner pour l’équipe de France. Pas les hommes de Didier Deschamps qui jouent samedi contre la Turquie, mais bien pour les Bleues de Corinne Diacre. Ce vendredi a marqué l’ouverture de la Coupe du Monde féminine mais surtout l’entrée en lice de cette équipe qui rêve plus grand comme le slogan qui flotte habituellement sur le Parc des Princes à l’occasion des matchs du PSG. Certains critiqueront encore et toujours la différence d’exposition entre les événements masculins et féminins, mais ce vendredi a fait basculé les Bleues dans une autre dimension. Celle d’une équipe suivie et appréciée. Les coéquipières d’Amandine Henry avaient hâte de rentrer dans la compétition et de ressentir ce soutien populaire. Après la victoire contre la Corée du Sud (4-0), elles doivent avoir la sensation d’y être en plein dedans.

Les Lyonnaises les plus applaudies


La présentation des formations leur a rapidement donné un aperçu de la soirée. En plein échauffement, et malgré un Parc encore loin d’afficher complet à cause de problème de sécurité à l’entrée du stade, les héroïnes d’un soir ont pu constater leur popularité auprès du public. Le succès de l’Olympique Lyonnais depuis une décennie aidant, Amandine Henry et Eugénie Le Sommer sont arrivées en tête de l’applaudimètre. Il reste encore du chemin pour arriver à ce statut d’idole qu’avait réussi à décrocher Zidane en 98 dans le cœur de la capitaine française mais aujourd’hui a prouvé que cette équipe de France servait d’exemple pour toutes les jeunes filles présentes dans le stade.

D’ailleurs, c’est bien cette population familiale qui a rempli l’enceinte parisienne qui a donné un caractère encore plus festif à cet événement. Pour trouver trace de fumigènes ou insultes, il faudra repasser et c’est peut-être ce qui fait la beauté de ce foot décrié. L’ambiance festive y est largement représentée sans excès. Même les Irrésistibles Français, groupe de supporters inconditionnel des Bleus, ont dû s’incliner face à ce public en majorité féminin. Pour certains, ça restera enfantin comme ces flashs de portable allumés à l’heure de jeu à la manière d’un concert mais les « ola » à n’en plus finir ou les « Allez les Bleues » et « Qui ne saute pas n’est pas Français » ont rythmé cette soirée et apporté un vent de chaleur dans cette soirée fraîche pour un mois de juin.

Une vraie ambiance d’un match de la France


La montée en température a d’ailleurs correspondu avec l’arrivée de Jain. L’artiste française a été choisie pour animer la cérémonie d’ouverture de ce Mondial. Pas de show à l’américaine mais une simplicité à l’image de la chanteuse. Dix minutes de performances avec l’aide de 300 danseurs pour lancer complètement cette compétition et les 45 261 spectateurs présents. Et l’effet a été réussi puisque le match des tribunes s’est enfin lancé. Au rythme de Stromaé et autre tubes joués par la DJ de FIFA, les différents clubs de jeunes joueuses ont multiplié les chants en même temps que le soleil refaisait son apparition au-dessus de Paris. L’organisation a bien essayé de mettre la sonorisation à fond pendant les hymnes mais Bleues et supporters ne faisaient qu’un pour cette ouverture.

Le stress et l’attente ont rapidement laissé place à des scènes de liesse sur l’ouverture du score rapide d’Eugénie Le Sommer (9eme) et le doublé de Wendie Renard (35eme, 45eme+3). Pour les Bleues, le plus dur a été réglé en une mi-temps face à une faible sélection sud-coréenne, mais ce n’était finalement que le début d’une soirée de communion. La différence entre les hommes et les femmes étaient bien loin ce vendredi soir, et le Parc des Princes n’a rien eu à envier à un Stade de France. Ceux qui ont leurs habitudes auprès des doubles champions du monde diront que l’ambiance de Saint-Denis s’est déplacée jusqu’à porte de Saint-Cloud. Corinne Diacre et ses joueuses ont réussi leur entrée en matière, le public français également. Avec un but commun, allez chercher la « Gloria » comme l’a si bien chanté Jain.


Vos réactions doivent respecter nos CGU.