Etats-Unis : Donald Trump s’en prend à Rapinoe

Ce lundi, dans un entretien accordé au journal politique The Hill, Donald Trump, le président des Etats-Unis, a critiqué la co-capitaine de sa sélection, Megan Rapinoe, qui refuse de chanter l'hymne national, pour protester contre son administration.

Alors que la Coupe du Monde féminine de football suit son court, Donald Trump s’en est pris aux représentantes américaines. Et plus précisément à Megan Rapinoe et ses protestations politiques. Dans une interview accordée au journal politique The Hill, le président des Etats-Unis a condamné le geste de la co-capitaine de la sélection, qui se refuse toujours à chanter l’hymne national avant chaque rencontre, en signe de protestation contre son administration. Trump juge cette attitude tout simplement « inopportune ». « Je ne pense pas que ce soit une bonne chose », a-t-il surenchéri, ce lundi. En septembre 2016, Rapinoe s’était agenouillée, pendant « La Bannière étoilée », en soutien à Colin Kaepernick.

Rapinoe n’ira pas à la Maison Blanche en cas de victoire finale


Âgée de 33 ans, la pensionnaire de Seattle (153 sélections, 46 buts) milite depuis toujours, ou presque, en faveur des droits LGBT et des minorités au sein des Etats-Unis. Si les Etats-Unis remportent la Coupe du Monde féminine de football, Megan Rapinoe ne se rendra pas à la Maison Blanche, comme elle l’a d’ores et déjà annoncé. Pour elle, Donald Trump est « misogyne et raciste ». Dans ce même entretien, le président américain a pourtant affirmé « beaucoup aimer regarder le football féminin. Nos joueuses sont vraiment talentueuses. » En revanche, pour ce qui est de l’égalité salariale entre hommes et femmes dans la discipline, Trump a préféré botter en touche, affirmant devoir se pencher sur la question, avant de pouvoir y répondre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.